OEuvre du diable

Je viens de partout, nulle part est chez moi.
Mélodie, qui calme mon coeur en émoi,
mes mots. Je ne veux pas me coucher par peur
que mon rêve, dans un rêve de torpeur,

meurt. La nuit finie, des roses larmoyantes
que Peur créa. Si je crains, ma peur est vraie.
Par cela même je deviens prévoyante
d’un sort plus cruel que je ne le voudrais.

Un jour d’hiver, tu m’appelas une artiste.
Ayant ainsi ma vie changée, d’une esclave
à Maudit poète. Le mal est ma piste.

Aujourd’hui, mes discours, tes propos délavent
et ils vont faire de l’art la douleur triste,
mon oasis de bonheur, de paix conclave.

© 2017 S.L.

Advertisements

C’est pour toi

Notre relation, fleur qui s’épanouit
Invulnérable et éternel, diamant dur
Comme ce dernier dans le temps elle perdure
Oasis où mon coeur, ton coeur, se réjouit.

L’amour en ce jour lointain nous a ébloui
Avant que l’hiver nous frappe avec sa froidure
Souffrante mais forte nos peines elle endure
Néanmoins jamais de douleur tu t’es enfui.

Ici calme ta noblesse je glorifie
Comme paix et richesse tous les jours tu m’offres
Or tes désirs en réalité je transforme.

Libre sois de t’envoler dans la joie énorme
Adieu tu peux enfin crier à tous les affres
Surprends-toi et vis ta vie en dehors des normes.

© 2017 S.L.

Ricordo

“Cara nonna, cara nipote”. Melodia.
Accanto al tuo bel viso la mia rosa
per sempre perpetuamente essa riposa;
perché per me tu non sei mai andata via.

“Cara nonna, cara nipote”. Melodia.
Sul tuo bel viso lacrime per qualcosa;
perché mai tu mi vedrai come sua sposa
per quello che alla fine fu e così sia.

Il dolce ricordo di te il cuor rincuora.
Il tuo viso beato addormentato
per sempre su di me so che lui veglierà.

Tu sola sai che cosa tra poco accadrà,
tu sola ben sai del peso che ho portato
e se lassù la piuma infine volerà.

© 2017 S.L.