Bye Bye Montréal

Mon vol atterrit sur ton sol dans la neige,
Observatrice, au delà de l’océan,
Ne sus pas à l’instant qu’un trésor brillant
T’attendit. Avec un inflexible piège.

Ravie d’avoir eu un si grand privilège :
Étudiant, dans tes ruelles marchant,
Au Vieux Port, le beau Saint-Laurent admirant,
Les petits cafés à chaque coin, un siège.

Bye les terrasses à l’arôme de bière,
Y fait frette ici pour les gens du Plateau
Et tous sur le Mont-Royal avec la luge !

Bye Montréal, je m’en vais un peu confuse :
Y avait toute ma vie chez vous tantôt…
En Estrie on me donne une chance, Excuse !

© 2017 S.L.

À toi je demande

Les paysages se poursuivent à la même
vitesse que tes questions sur l’avenir:
est-ce que ton prix tu vas bientôt obtenir
ou vas-tu fondre en larmes de douleur extrême?

Une lueur… Après une dure carême,
à travers la fente, un paysage t’inspire
l’amour éternel te comble de joie… Plaisir
tu éprouves, ici de peur tu n’es plus blême.

Ode à toi qui de partir as eu le courage
Qui de tomber n’as jamais eu peur et qui de
se relever plus fort n’as jamais arrêté.

Dans la nuit de tes pensées une fois rentrée,
angoissée comme toujours à toi je demande:
Aurai-je accompli l’impossible cet été?

© 2017 S.L.